compteur de visite

     Site internet en cours...

 

Bienvenue sur le site

de la Paroisse Saint Martin des Monts.

 Cette paroisse fait partie du doyenné de

Saint Jean de Monts.

Elle se compose de 4 clochers :

  • SAINT JEAN DE MONTS     : église Saint Jean-Baptiste
  • LA BARRE DE MONTS        : église Saint Louis
  • NOTRE-DAME DE MONTS  : église Notre Dame de l'Assomption
  • LE PERRIER                        : église Saint Sauveur

Laurent Sachot, curé de la paroisse

Officiant auparavant aux Sables-d'Olonne, au Château-d'Olonne et à Olonne-sur-Mer, Laurent Sachot, originaire du bocage vendéen, vient de prendre la responsabilité de la paroisse Saint-Martin-des-Monts.

 

Il a la charge les communes de La Barre-de-Monts, Notre-Dame-de-Monts, Le Perrier et Saint-Jean-de-Monts.

 

Il est aidé par Gérard Billon, prêtre très pris en dehors de la paroisse, car il est bibliste et donne des cours à l'Institut Catholique de Paris.

Deux prêtres retraités qui assurent des services : Michel Vairé et Emmanuel Rabaud.

 

Deux diacres permanents résident sur la paroisse : Gustave Gautron à Notre Dame de Monts et Pierre Ferrer à Saint Jean de Monts.


pourquoi saint martin des monts ?

Notre paroisse a pour dénomination "Paroisse Saint Martin des Monts". D'aucuns pensent de suite à Saint Martin de Tours ! Il n'en est rien; il s'agit de Saint Martin de Vertou.

 

Rappel : la commune de Vertou est située à 7 km au sud-est de Nantes, dans la vallée de la Sèvre Nantaise.

 

Saint Martin de Vertou est issu d'une famille riche et illustre de Nantes. Il est né en 527. Dès son enfance, il est empli de piété et se sent appelé au service divin. Il est fait archidiacre de l'Église de Nantes par l'évêque Saint Félix qui le charge de travailler à la conversion des habitants des environs de la ville.

La légende veut qu'il se dirige vers le comté d'Herbauges qui recouvrait le Bas-Poitou (Pays de Retz actuel et le nord de la Vendée, depuis les îles de Noirmoutier et de Bouin, jusqu'à Tiffauges, la vallée de Clisson et les Mauges).

 

Ce comté comprenait une ville nommée Herbauges. Les qualités missionnaires et les vertus de l'apôtre n'ont pas suffi à évangéliser cette nouvelle Sodome. Il s'enfuit, alors, avec une famille pieuse qui, seule, avait écouté sa parole. Il demanda à Dieu de punir cette cité impie. A force de prières, la terre s'entrouvrit. La mer furieuse se précipita sur les bâtiments et les maisons, devenus ruines. Elle engloutit la ville avec ses habitants, sans en laisser de trace. C'est alors qu'il se rendit au pays de Vertou, voisin de la ville des Sables-d'Olonne, où il passa quelques années dans la solitude et la prière.

 

Averti par un ange, Martin quitte sa retraite. Il part fonder un monastère, non loin de Nantes, au lieu-dit, appelé aujourd'hui, Vertou, en souvenir de l'ermitage que le Saint avait précédemment habité. Il se vit bientôt à la tête de trois cents religieux et dut créer, dans les environs, plusieurs monastères.

 

Martin était l'âme de cette vaste communauté. On le dit premier à la psalmodie, au jeûne, à la prière, au silence, ainsi qu'au travail et aux pratiques de la pénitence. Parmi ses miracles, on rapporte la résurrection de plusieurs morts. Martin, accompagné de quelques disciples, visite ses monastères et en profite pour évangéliser. Il est mort à Durivum (Saint-Georges-de-Montaigu) le 24 octobre 601 entouré de ses moines. Il est fêté le 24 octobre.

 

Plusieurs églises lui sont dédiées.